...
" Je suis biaiseuse chez Paquin
Pour mon métier j'ai le béguin
Les veillées c'est tout mon bonheur
J'suis pas pour la journée d'huit heures
Et le travail de nuit n'me fait pas peur

Avec ardeur avec entrain
Je biaise du soir au matin
Quand mes parents m'voient pas rentrer
Y disent y'a pas à s'inquiéter
Elle est encore en train d'biaiser

P1000997

Dans les grandes maisons d'couture
Y'en a qui sont trottins
Y'a des vendeuses et par nature
Y'en a qui sont mannequins
Y'en a qui font des corsages
D'autres qui font des surjets
Moi Mesdames Messieurs mon ouvrage
C'est d'faire des bracelets en biais
Pour bien biaiser un bracelet ma fois
Y'en a pas deux, pas deux comme moi

P1000985

Je suis biaiseuse chez Paquin
Pour mon métier j'ai le béguin
Les veillées c'est tout mon bonheur
J'suis pas pour la journée d'huit heures
Et le travail de nuit n'me fait pas peur
Avec ardeur avec entrain
Je biaise du soir au matin
Quand mes parents m'voient pas rentrer
Y disent y'a pas à s'inquiéter
Elle est encore en train d'biaiser

P1000978

Je vais m'établir bien vite
Me marier quel bonheur
Avec un garçon plein d'mérite
Qu'y est ouvrier plisseur
Pour nous installer à l'aise
Comme n'avons pas l'sou
Je biaiserai d'abord sur un' chaise
Et lui plissera tout d'bout
L'essentiel c'est qu'y ait pas d'retard
Qu'on dise pas que j'biaise en canard

P1000981

Je suis biaiseuse chez Paquin
Pour mon métier j'ai le béguin
C'est ça qui s'ra gentil ma foi
On f'ra tout l'ouvrage chez soi
En s'entraidant comme chacun le doit
Avec ardeur avec entrain
On se partagera le turbin
Afin de n'pas nous esquinter
Lorsque j'aurai fini d'biaiser
C'est lui qui s'mett'ra à plisser."

Bracelets1

~~

Même plus besoin de biaiser,
Le biais est déjà tout prêt!
Dans mes Libertys chouchous du moment,
Tatum prunelle et Mitsi gris,
Des bracelets vite réalisés...

Fournitures La Droguerie

~~

" Avec ardeur avec entrain
Je biaise du soir au matin
Quand mes parents m'voient pas rentrer "
Y disent y'a pas à s'inquiéter "
Elle est encore en train d'biaiser "

Chanson " La biaiseuse " par Marie-Paule Belle